Renseignements, Inscriptions

Service Client

09 78 233 333

(appel non surtaxé)

du lundi au vendredi : 9h00-12h00 | 14h00 - 18h00

 

News

Articles

Haut Débit

Le terme de haut débit (ou « large bande », par traduction littérale du terme anglais broadband) fait référence à des capacités d'accès à Internet supérieures à celle de l'accès analogique par modem (typiquement : 56 kilobits par seconde) et à l'accès numérique RNIS (typique 1× ou 2× 64 kilobits par seconde.

Le successeur annoncé du haut débit est le très haut débit (ou THD).

Définition

Selon les pays, la définition du haut débit varie considérablement . Ainsi, le haut débit est :

  • aux États-Unis, un débit supérieur à 768 kilobits par seconde
  • au Canada, un débit supérieur à 1,5 mégabits par seconde
  • au Japon, un débit supérieur à 100 mégabits par seconde
  • pour l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), un débit supérieur à 256 kilobits par seconde
  • En France, on défini généralement le haut débit comme les lignes assurant un débit supérieur à 512 kb/s

Technologies

Généralement, on parle  de haut débit au niveau du réseau d'accès (ou boucle locale), c'est-à-dire au niveau du lien final entre l'abonné et le réseau.

Les réseaux en amont (collecte et transport) sont quant à eux plutôt caractérisés par du très haut débit, correspondant au trafic agrégé de plusieurs dizaines, centaines ou milliers d'utilisateurs (suivant l'échelle considérée).

Technologies de réseau d'accès

Les principales technologies de raccordement permettant le haut-débit sont :

  • la fibre optique chez l'abonné ;
  • le câble ;
  • le satellite ;
  • le WiMAX ;
  • la DSL, asymétrique (ADSL) ou autres (xDSL) ;
  • les courants porteurs en ligne.

Ces techniques sont en théorie capables d'apporter des services multiples (voix, données, images) à haut débit mais, en pratique, la qualité du service varie.
La distance géographique affaiblissant le signal (à part pour la fibre optique et pour le satellite), la plupart des technologies d'accès sont susceptibles d'offrir des débits faibles si le client est éloigné du nœud de raccordement.

Pénétration de la « large bande » par pays

En juin 2009 pour les 30 pays de l’OCDE[1], la pénétration de l’accès Internet haut débit, exprimée en nombre d’accès par 100 habitants et en ordre décroissant,  était la suivante:

  • 1. Pays-Bas : 38,1 
  • 2. Danemark : 37 
  • 3. Norvège : 34,5
  • 4. Suisse : 33,8
  • 5. Islande : 32,8 
  • 6. Corée du Sud : 32,8
  • 7. Suède : 31,6
  • 8. Luxembourg : 31,3
  • 9. Finlande : 29,7 
  • 10. Canada : 29,7
  • 11. Allemagne : 29,3
  • 12. France : 29,1 
  • 13. Royaume-Uni : 28,9
  • 14. Belgique : 28,4 
  • 15. États-Unis : 26,7
  • 16. Australie : 24,9
  • 17. Japon : 24,2
  • 18. Nouvelle-Zélande : 22,8
  • 19. Autriche : 21,8
  • 20. Irlande : 21,4
  • 21. Espagne : 20,8
  • 22. Italie : 19,8 
  • 23. République tchèque : 18,1
  • 24. Portugal : 17,0
  • 25. Grèce : 17,0
  • 26. Hongrie : 16,9
  • 27. Slovaquie : 12,6
  • 28. Pologne : 11,3
  • 29. Turquie : 8,7
  • 30. Mexique : 8,4

La pénétration moyenne pour les 30 pays de l’OCDE était de 22,8 accès par 100 habitants.